En juillet 2009, l’ASN s’est en particulier prononcée pour la poursuite de l’exploitation des réacteurs de 900 MWe jusqu’à 40 ans après leur première divergence, sous réserve d’une conformité au nouveau référentiel de sûreté. Les pays signataires de la Convention internationale sur la sûreté nucléaire sont les suivants : Afrique du Sud. Fort de ces avancées, mais aussi au vu des progrès réalisés par la recherche américaine dans ce domaine et après les explosions de Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, le général de Gaulle crée le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) le 18 octobre 1945. Cette démarche s'inscrit dans le cadre des « tests de résistance » demandés par le Conseil européen lors de sa réunion des 24 et 25 mars 2011[75]. Durant les paliers CP1, CP2 et P4-P’4 la durée de cette période de mise au point a rarement dépassé l’année. Il s’agit des réacteurs de Flamanville (1 et 2), Paluel (1 à 4), Saint-Alban (1 et 2) [21]. Les forces de gendarmerie optent pour des interventions en douceur afin d’éviter tout accident, qui serait préjudiciable pour l’image d’EDF. En juin 2020, après la mise à l’arrêt de Fessenheim, la France compte 18 centrales nucléaires en exploitation pour un total de 56 réacteurs nucléaires de puissance[48]. Lire la suite La salle de commande. Les engagements de construction s’échelonnent de 1979 à 1984 et les mises en service de 1987 à 1994. Il est contrôlé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) après avis de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Le gouvernement Jacques Chaban-Delmas du président Georges Pompidou, nouvellement élu, fait toutefois brutalement volte-face. Quinze des réacteurs nucléaires électrogènes construits en France depuis 1955 sont arrêtés définitivement, neuf réacteurs exploités par EDF sont en cours de démantèlement (ou déconstruction) sur six sites (Chooz, Brennilis, Bugey, Chinon, Saint-Larent et Creys-Malville), trois réacteurs (G1, G2, et G3) exploités par le CEA sont en cours de démantèlement sur le site de Marcoule. La Belgique a réalisé en effet le premier REP en Europe, BR-3, d’une puissance modeste de 11 MW[B 2]. La production d’électricité d'origine nucléaire en Chine est en progression rapide depuis … Le démantèlement de la centrale nucléaire de Fessenheim ne commencera pas avant 2025, Techniques de l'ingénieur - Glossaire des sigles - ". La déconstruction est une étape normale dans la vie d’une centrale nucléaire. Simultanément, la CGE reçoit la commande ferme de douze turbo-alternateurs de 1 000 MW et de six en option. La physique nucléaire était déjà à un stade très avancé grâce aux travaux de Pierre et Marie Curie, Frédéric Joliot-Curie et Irène Joliot-Curie. Le camion se rend à la centrale nucléaire de Cattenom en Moselle. Un réacteur est en construction. EDF est autorisé à construire deux REP à Fessenheim, au lieu des deux UNGG prévus. Le contrat-programme CP1, engagé en 1974, comprend 18 tranches de 900 MWe : Blayais 1, 2, 3, et 4 (Gironde) ; Dampierre 1, 2, 3 et 4 (Loiret) ; Gravelines B1, B2, B3, B4, C5 et C6 (Nord) et Tricastin 1, 2, 3 et 4 (Drôme). Plusieurs filières de réacteurs électronucléaires ont été successivement développées : La France est le deuxième producteur d'électricité d'origine nucléaire au monde derrière les États-Unis. Une des principales différences avec les REP 900, outre la puissance accrue, est la double enceinte de confinement du bâtiment qui abrite le cœur. Le palier N4, directement issu de l'accord NTCA entre Framatome et Westinghouse, est constitué de quatre tranches de 1 450 MW de conception purement française mises en place à Chooz B (1 et 2) et à Civaux (1 et 2). La centrale nucléaire de Cattenom, dans l'est de la France, le 17 octobre 2017. Après l'accident nucléaire de Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé à EDF de prendre une série de dispositions dites « noyaux durs post-Fukushima » visant l'amélioration de la sûreté nucléaire à la suite des évaluations complémentaires de sûreté menées en 2011 ; EDF a présenté le 30 juin 2012 un programme de travaux : construction de centres de crise bunkérisés, générateurs Diesel d’ultime secours, création d’une source ultime d’eau froide... complétés par la mise en place fin 2012 d'une « Force d'action rapide nucléaire » (Farn) dotée de moyens lourds et organisée de manière à pouvoir acheminer en urgence des secours (eau, générateurs) à une centrale en péril, par hélicoptère si les accès routiers sont coupés. Après un débat public qui se passe en 2005 et où les anti-nucléaires dénoncent une consultation portant sur un choix qui serait déjà acté, EDF lance le projet pour un investissement de 3,3 milliards d'euros. C'est le cas de la Suède et de l'Allemagne, même si en 2011 ces deux pays ont toujours respectivement 10 et 17 réacteurs en activité. Rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, « Le président de la République a annoncé que la centrale d'EDF - mise en service en 1977 - fermerait ses portes en 2016. Parallèlement, un nouveau phénomène de dégradation est découvert en 1989 sur la centrale de Nogent et affectant tous les générateurs de la tranche 1 300 MWe[E 3]. En plus de la surveillance en exploitation, les générateurs de vapeur sont soumis tous les 10 ans à une épreuve hydraulique : lors de la visite décennale (VD) des réacteurs, le circuit primaire subit un test global de résistance à la pression qui le soumet à une pression plus élevée que sa pression normale de fonctionnement. Chacune des centrales comprend deux, quatre ou six réacteurs en exploitation. Depuis 2011, du risque zéro, nous sommes passés au risque calculé. En février et juin 2020 les réacteurs de la plus ancienne centrale encore en activité (Fessenheim) ont été définitivement arrêtés. Parmi ces modifications peuvent être citées celles visant à améliorer les opérations de manutention du combustible lors des arrêts pour rechargement, ou la mise en service de pompes de sauvegarde depuis la salle de commande en cas de perte des alimentations électriques externes du réacteur[D 5]. ... tout en donnant sens à l’abandon de la filière française. Les caractéristiques comparatives des quatre types de réacteurs sont données dans le tableau ci-après[64]. Ces événements conduisent Pierre Messmer, premier ministre, à décider le 5 mars 1974 à accélérer encore ce programme. Ce degré d'indépendance technique et commerciale de Framatome entraîne le retrait total de Westinghouse du capital de Framatome et va permettre à la société française de développer ses propres modèles de réacteurs[22]. Chaque centrale nucléaire regroupe l’ensemble des installations permettant la production d’électricité. Il a été définitivement adopté par les députés, mercredi 22 juillet au soir (...) la puissance totale du parc électronucléaire est plafonnée à son niveau actuel de 63,2. Les 8 réacteurs du palier P4 ont été mis en service entre 1985 et 1987, les 12 réacteurs P'4 entre 1987 et 1994. La dernière modification de cette page a été faite le 23 novembre 2020 à 20:57. Il a pour objectif essentiel de trouver un remède pour le déficit énergétique français. Elles concernent essentiellement le bâtiment du combustible et la conception de certains circuits[62]. Depuis 2009, il s'agit des pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie comptant une quarantaine de personnels dont vingt unités sont mises en place entre 2009 et 2012. Plusieurs réacteurs mis à l’arrêt définitif sont en cours de démantèlement (Brennilis, Chooz A, Chinon A1-2-3, Bugey 1, Saint-Laurent A1-2 et Creys-Malville)[1], les deux réacteurs nucléaires de Fessenheim ont été mis à l’arrêt définitif respectivement en février et juin 2020, les opérations de démantèlement commenceront au plus tôt en 2025[2] après déchargement du combustible nucléaire usé[3],[4]. Les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl sont importantes, aussi bien du point de vue sanitaire, écologique, économique que politique. La France signe la Convention internationale sur la sûreté nucléaire le 20 septembre 1994[Note 1],[30]. L’IRSN a émis son avis le 20 mai 2010[72], suivi par l’avis d’un groupement permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires émis le 15 juin 2010[73]. Métier, formation, emploi. Sa surface intérieure est recouverte d'une peau métallique de 6 mm d'épaisseur dont la fonction est d'assurer l'étanchéité[63] : Les 20 réacteurs de 1 300 MW se répartissant en 8 du palier P4 et 12 du palier P’4. Ces coefficients traduisent la variabilité annuelle de la production. Cet accident conduit à la fusion du cœur d'un réacteur, au relâchement de radioactivité dans l'environnement et à de très nombreux décès, survenus directement ou du fait de l'exposition aux radiations. La liste des réacteurs nucléaires en France compte depuis juin 2020 (arrêt de Fessenheim) cinquante-six réacteurs nucléaires produisant de l'électricité dans dix-huit centrales nucléaires. La lourde porte métallique résiste, il faut la pousser de l’épaule pour la franchir. L’ASN avec l'appui technique de l’IRSN devaient ensuite produire un rapport d'analyse pour le 15 novembre 2011[76]. La plupart des projets de construction de nouvelles centrales sont stoppés. Lors de leur conception, la durée d’exploitation initiale prévue des centrales REP françaises était de 40 ans. Le réexamen de sûreté des réacteurs de 1 300 MWe à l’occasion de leurs 20 ans a commencé en 1997 et s’est achevé fin 2005. La sécurité nucléaire de chaque centrale est quant à elle contrôlée par le département de la sécurité nucléaire (DSN) du service du Haut fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS) du ministère chargé de l'énergie. Les chaudières du palier CPY (CP1 et CP2) se distinguent des réacteurs CP0 par la conception des bâtiments, la présence d’un circuit de refroidissement intermédiaire entre celui permettant l’aspersion dans l’enceinte en cas d’accident et celui contenant l’eau de la rivière, ainsi que par un pilotage plus souple[62]. Il a longtemps été envisagé que la mise en service de cet EPR compense l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim (2 réacteurs, de 1 840 MW de puissance cumulée). En France, un centre nucléaire de production d’électricité (CNPE), plus communément appelé centrale nucléaire est un site industriel qui utilise la fission de noyaux atomiques au sein d'un combustible nucléaire pour produire de l'électricité. Au sein du groupe EDF, 1 000 personnes sont mobilisées sur les opérations de déconstruction des centrales nucléaires et … Il n’existe pas, en France, de limitation légale fixe de la durée d’exploitation des centrales nucléaires. En France, environ 76 % de l'énergie électrique consommée est produite grâce au nucléaire. La résistance au séisme des installations nucléaires en France qualifie la faculté de ces installations à résister à l’ensemble des aléas sismiques susceptibles de se produire sur le territoire français sans dégâts susceptibles d'affecter l'une des fonctions de sûreté de l'installation : arrêt de la réaction, évacuation de la puissance résiduelle ou confinement des matières nucléaires. La puissance brute correspond à la puissance délivrée sur le réseau augmentée de la consommation interne de la centrale. Après le succès des réacteurs expérimentaux de Marcoule, l’entreprise publique chargée de la production d’électricité, EDF, est chargée de mettre en place le programme électronucléaire français avec des réacteurs du même type, Uranium naturel graphite gaz (UNGG). Les années 2016 et 2017 avaient été marquées par des arrêts exceptionnels de réacteurs liés aux contrôles de l'Autorité de sûreté sur la qualité de gros composants. EDF en assume l'entière responsabilité technique, financière et réglementaire. Certains pays décident de sortir du nucléaire. Les 4 réacteurs du palier CP0 ont été mis en service respectivement en 1979 et 1980[B 1], les 18 réacteurs CP1 entre 1980 et 1985 et les réacteurs CP2 entre 1983 et 1988. En 1967, le premier réacteur français à neutrons rapides, Rapsodie, est mis en service. Les principaux acteurs de la filière nucléaire française sont des acteurs d’envergure mondiale. En Polynésie française, deux cas d’irradiation prénatale ont été reconnus par le Civen, le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires. EDF prévoit une production nucléaire de l'ordre de 395 TWh pour 2019 et les années suivantes, du fait de la programmation de sept visites décennales en 2019 et de 25 autres d'ici 2030[51]. Le rapport décrit une situation qui serait très « alarmante ». Les 19 centrales nucléaires actuellement en fonctionnement en France ont été globalement construites sur le même mode. L'ONG en déduit « un déficit historique de la protection des installations »[77]. Les différences avec le palier P4 sont faibles. La durée de sa construction, initialement prévue à 5 ans, est portée à 13 ans en 2018, la mise en service étant prévue en 2020, et son coût, initialement prévu à 3,3 milliards d'euros est révisé plusieurs fois à la hausse pour passer à 10,9 milliards d'euros selon la dernière estimation de juillet 2018[35]. Réacteurs nucléaires électrogènes Réacteurs arrêtés définitivement. Le rapport sur la durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs publié en 2013 par l’Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques met en évidence la faiblesse du facteur de charge Kp des centrales françaises en comparaison de celui des centrales étrangères (en 2002 : 75 % contre 83 %) du fait du suivi de charge : les exploitants étrangers utilisent leurs réacteurs en base afin d'en maximiser la rentabilité, alors qu'en France EDF adapte en temps réel la puissance fournie par ses réacteurs en fonction de la demande, d'où un coefficient d'utilisation Ku très inférieur à 100 %. Site de du ministère de la transition écologique et solidaire, In an analysis examining cancer rates and residential proximity to the Three Mile Island nuclear plant, we observed a modest postaccident increase in cancer near TMI that is unlikely to be explained by radiation emissions. Un directeur de site remarque que les ONG ne tentent pas les mêmes opérations sur des centrales aux États-Unis ou en Russie où la réaction des services de défense serait beaucoup plus létale[83]. Le coût de chaque équipement est alors de 600 millions de francs de l’époque[E 6]. Les exploitants étrangers sont tous convaincus que le suivi de charge accélère le vieillissement des composants d’une centrale, alors qu'en France on considère que son impact sur le vieillissement est faible. Elle comprend trois parties : l’examen de conformité au vu du référentiel de sûreté, la réévaluation de sûreté qui vise à apprécier cette sûreté et à l’améliorer au vu de différents retours d’expérience et enfin la remise d’un rapport conformément au décret du 2 novembre 2007 modifié. Le comité interministériel du 22 mai 1973, soit cinq mois avant la crise du Proche-Orient, avait déjà décidé d'accroître le programme de centrales électronucléaires prévu au VIe plan, en le portant de 8 000 à 13 000 MW pour la période 1972-1977. 2. Il est suivi du palier P’4 constitué de 12 nouvelles unités de la même puissance de 1 300 MWe, avec quelques apports de Framatome. Des études d’ingénierie sont engagées en 1995 et l’avant-projet détaillé est proposé en octobre 1997 aux autorités de sûreté française et allemande[29]. Le premier remplacement de GV de réacteurs de 1 300 MWe est planifié à Paluel à l’horizon 2015. Mais, en juillet 2009, EDF annonce officiellement que le projet accuse un retard de deux ans, et que le chantier ne se terminera qu’en 2014. Les engagements de construction s’échelonnent de 1984 à 1991 et les mises en service (1res connexions au réseau) de 1996 à 1999[27]. Du fait de la forte différence de pression entre le primaire (155 bars) et le secondaire (90 bars), la conséquence immédiate serait une augmentation de pression dans le secondaire et une fuite d'eau primaire contaminée de plusieurs dizaines de kilogrammes par seconde vers le secondaire. Le nucléaire dans la production d’électricité française. Sur le plan international, la France participe aux discussions engagées en 1991 visant à définir des obligations internationales contraignantes concernant la sûreté nucléaire. Sur les 56 réacteurs du parc EDF, il n’est pas exclu que certains réacteurs ne puissent pas être prolongés au-delà de 40 ans à un coût économique acceptable (fonction des travaux d'une part requis pour respecter les demandes réglementaires et d'autre part nécessaires pour garantir un niveau de production suffisant)[88]. Le gouvernement suit de près la mise en vente de l'activité turbines pour centrale nucléaire rachetée par GE à Alstom en 2014. L'arrêt de Fessenheim interviendra en fin de mandature. En matière de production électrique, Félix Gaillard, membre du Gouvernement Pinay (de mars 1952 à janvier 1953), propose en juillet 1952 au Parlement, qui l'accepte, le premier plan quinquennal de développement de l'énergie atomique donnant une accélération décisive aux recherches. EDF exploite 58 réacteurs à eau pressurisée d’une puissance totale de 63000 MW répartis sur 19 sites. Ces événements créent des frictions entre le Service Central de Sûreté des Installations Nucléaires (SCSIN), l’autorité de contrôle de l’époque, et EDF, le SCSIN estimant que l’opérateur n’est pas assez rapide dans la fourniture de réponse adaptées aux problèmes[E 4]. Au total, l'investissement s'élève à 7 milliards d'euros pour prolonger de dix années ces 32 réacteurs, soit un montant inférieur à 1 centime par kWh sur la facture des consommateurs[90]. Le centre de Cadarache, près de Manosque, est créé en 1960. / le 30 juin 2020 Le 21 janvier 2020, dans ce cadre, « EDF propose au gouvernement d'étudier la mise à l'arrêt de paires de réacteurs à Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines et Tricastin » d'ici 2035[60]. En 1992, il est mis fin à l’accord entre Framatome et Westinghouse entraînant un arrêt des redevances et une francisation complète des réacteurs construits par Framatome[22]. Les générateurs de vapeur (GV) sont des échangeurs de chaleur entre l’eau du circuit primaire et l’eau du circuit secondaire. La mise en œuvre des travaux d’amélioration en découlant a commencé au printemps 2005 à l’occasion de la deuxième visite décennale du réacteur Paluel 2 et doit se poursuivre jusqu’en 2014. La France est, par le nombre de réacteurs en activité, la puissance installée et l'énergie électrique produite en 2010, au 2e rang des pays producteurs d'électricité nucléaire dans le monde après les États-Unis : 408 TWh produits, soit 74 % de la production d’électricité en France (550 TWh) et 16 % de l'énergie électrique d'origine nucléaire produite dans le monde. Le coefficient de disponibilité Kd intègre les indisponibilités techniques des réacteurs (avaries, maintenance des centrales…) tandis que le coefficient d’utilisation reflète les cas où la centrale étant disponible, l’énergie pouvant être produite n’a pas été appelée par le réseau (demande trop faible, abondance de ressources hydroélectriques ou indisponibilité locale du réseau de transport) ou par contraintes environnementales (limitation des rejets thermiques dans les cours d’eau)[C 1]. Réacteurs de recherche arrêtés définitivement, Puissance électrique nette en mégawatt (MW) (1 MW = 1 million de, la puissance brute délivrée (5 MWe) est inférieure à la puissance consommée par, Les 9 réacteurs nucléaires EDF en déconstruction en France, Les démantèlements d’installations nucléaires en France Les démantèlements en cours chez EDF, Areva et au CEA, Mise à l’arrêt définitive du réacteur Phénix, Société d'énergie nucléaire franco-belge des Ardennes (EDF + producteurs belges) ", La centrale nucléaire de Fessenheim est définitivement débranchée du réseau électrique national, Office Parlementaire d'Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, Décision n° 2017-DC-0608 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 5 octobre 2017 relative à la gestion de combustible « Parité MOX » de certains réacteurs électronucléaires exploités par Électricité de France (EDF), Combustible de réacteurs uranium-naturel-graphite-gaz (UNGG), CEA : Elecnuc - Les centrales nucléaires dans le monde au 31/12/2014, AIEA : Power Reactor Information System (PRIS), Les réacteurs nucléaires en France en 2008, Histoire de la sureté de l'énergie nucléaire civile en France (1945-2000), Liste des réacteurs de recherche de l'AIEA en 1964, Les réacteurs expérimentaux, leur utilisation, leur histoire…, Liste des sites de gestion des déchets radioactifs en France, Liste des centrales thermiques à flamme en France, Visite décennale des réacteurs nucléaires, Contribution annuelle au profit de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, Institut national des sciences et techniques nucléaires, Usine d'extraction du plutonium de Marcoule, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, Commandement spécialisé pour la sécurité nucléaire, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, Peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie, Association française pour les règles de conception, de construction et de surveillance en exploitation des matériels des chaudières électro-nucléaires, Association nationale des comités et commissions locales d'information, Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité, Histoire du programme nucléaire civil de la France, Liste des centrales nucléaires en Allemagne, Liste des réacteurs nucléaires en Autriche, Liste des centrales nucléaires en Belgique, Liste des centrales nucléaires en Espagne, Liste des centrales nucléaires en Finlande, Liste des réacteurs nucléaires au Royaume-Uni, Liste des centrales nucléaires en Ukraine, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Liste_des_réacteurs_nucléaires_en_France&oldid=176614777, Projet de réacteur nucléaire abandonné en France, Article avec une section vide ou incomplète, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, un nouveau réacteur à eau pressurisée de type, Palier CPx : 2785 MWth / 906,6 MWe : 32 tranches, Palier P4 ou P'4 : 3817 MWth / 1312,5 MWe : 20 tranches, Palier N4 : 4270 MWth / 1497,5 MWe : 4 tranches, Puissance moyenne : 3259,6 MWth / 1093,8 MWe : 56 tranches. Les réacteurs Saint-Laurent A1 et Saint-Laurent A2, centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher). Le parc des 56 réacteurs en exploitation se répartit en[61] : Un réacteur, dit de génération III, de type réacteur à eau pressurisée (REP) et baptisé réacteur pressurisé européen (EPR, European Pressurized Reactor), est en construction à côté des deux réacteurs existants de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche). Cette action sera suivie par le remplacement des générateurs de vapeur de Bugey-5 en 1993, de Gravelines-1 en 1994, de Saint-Laurent-B1 en 1995, de Dampierre-3 et Gravelines-2 en 1996, de Tricastin-2 en 1997 et de Tricastin-1 en 1998. La prolongation de l’exploitation de chaque réacteur est quant à elle donnée individuellement. Les travaux avancèrent rapidement et au 1er mars 1975, 10 000 documents avaient déjà été transmis par General Electric, plus de 200 missions avaient été effectuées aux États-Unis par des techniciens en formation et 388 personnes de la CGE travaillaient à temps plein sur le projet[19].

centrale nucléaire française

Appareil Photo Argentique Lyon, Test Admission Esa Angers, Dessin 5 Lettres, Jardín Del Turia, Formation Prothésiste Ongulaire Nouvelle Caledonie, Flash Lumineux Quand Je M'endors, Collier Perle D'eau Douce Prix,